Voir les messages sans réponses | Voir les sujets actifs Whitelist Whitelist    Nous sommes le Ven 26 Avr 2019 11:50



Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer de messages ou poster d’autres réponses.  [ 73 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5
Le dernier livre que vous avez lu 
Auteur Message
Connard
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Dim 14 Déc 2008 19:08
Messages: 4901
Localisation: Paris
Whitelist: 62 (100%)
Youtube: http://www.youtube.com/user/TheNix06
Message Re: Le dernier livre que vous avez lu
C'est le principe du théâtre de l'absurde x).

Je crois que cette pièce a pas été faite pour être jouée, cependant j'ai eu de bons retours des personnes qui ont vu la pièce, c'est plus compréhensible quand c'est joué. Fin de partie de Beckett est 1000 fois moins absurde et prend tout son sens sur une scène de théâtre.


Lun 7 Fév 2011 01:33
Profil
Pen Spinner
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Lun 11 Jan 2010 21:25
Messages: 2503
Localisation: elliL
Whitelist: 12 (100%)
Youtube: http://www.youtube.com/user/Yaemgo
Message Re: Le dernier livre que vous avez lu
Je l'ai lu aussi la semaine dernière. Un peu court, mais j'ai passe deux heures sympas. Toute façon absurde > all.

_________________
And I was like, "Was ist das ?"
Image

Lanfear a écrit:
Et là je retrouve Yam en train d'embrasser Sheepside


Lun 7 Fév 2011 10:01
Profil Site Internet
Pen Spinner
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Dim 14 Nov 2010 12:09
Messages: 1014
Localisation: 95 (Montmagny)
Whitelist: 91 (100%)
Message Re: Le dernier livre que vous avez lu
Elle s'appelait Sarah de Tatiana de Rosnay. Finalement, après avoir longuement débattu avec Lindor, je me suis rappelé avoir beaucoup aimé ce livre (le seul d'ailleurs ...).

_________________
Mon topic de trade


Lun 7 Fév 2011 19:36
Profil
Pen Spinner
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam 26 Sep 2009 12:53
Messages: 52
Whitelist: 0 (0%)
Message Re: Le dernier livre que vous avez lu
Taeko a écrit:
Spiral a écrit:
Nix a écrit:
Quelqu'un peut prouver que la femme est égale à l'homme ? Non. Donc on peut supposer que l'homme est supérieur à la femme.


C'est d'ailleurs pour ça qu'il y a des sports catégorie homme et catégorie femme.

physiquement il est clair que l'homme est généralement meilleur que la femme d'où cette séparation dans le sport. Intellectuellement ca n'a jamais été prouvé/démontré que l'un est meilleur que l'autre, donc en attendant on admet qu'ils sont égaux intellectuellement parlant. Mais on s'égare du sujet =) Je suis tout de même curieux de lire du Sade, ca doit être spécial.


T'as remarqué que ya des catégories hommes/femmes aux échecs (J'dis ça j'dis rien ^^) (mais j'avoue que ça me rend toujours perplexe)

Sinon il Sade ne dit jamais que la femme est moins intelligenre que l'homme. En gros il dit ... bon allé je vous le quote parce que il s'exprime mieux que moi ^^ :



"Un matin que Gernande m'avait fait venir dans son cabinet pour me faire part de quelques nouveaux projets de libertinage, après l'avoir bien écouté, bien applaudi, je voulus, le voyant assez calme, essayer de l'attendrir sur le sort de sa malheureuse épouse :
- Est-il possible, monsieur, lui disais-je, qu'on puisse traiter une femme de cette manière, indépendamment de tous ses liens avec vous ? Daignez donc réfléchir aux grâces touchantes de son sexe.
- Oh ! Thérèse (c'est le nom par lequelle Justine se fait appelée) ! avec de l'esprit, me répondit le comte, est-il possible de m'apporter pour raisons de calme, celles qui positivement m'irritent le mieux ? Écoute-moi, chère fille, poursuivit-il en me faisant placer auprès de lui, et quelles que soient les invectives que tu vas m'entendre proférer contre ton sexe, point d'emportement ; des raisons, je m'y rendrai, si elles sont bonnes.
De quel droit, je te prie, prétends-tu, Thérèse, qu'un mari soit obligé de faire le bonheur de sa femme ? et quels titres ose alléguer cette femme pour l'exiger de son mari ? La nécessité de se rendre mutuellement tels ne peut légalement exister qu'entre deux êtres également pourvus de la faculté de se nuire, et par conséquent entre deux êtres d'une même force. Une telle association ne saurait avoir lieu, qu'il se forme aussitôt un pacte entre ces deux êtres de ne faire chacun vis-à-vis l'un de l'autre que la sorte d'usage de leur force qui ne peut nuire à aucun des deux ; mais cette ridicule convention ne saurait assurément exister entre l'être fort et l'être faible. De quel droit ce dernier exigera-t-il que l'autre le ménage ? et par quelle imbécillité le premier s'y engagerait-il ? Je puis consentir à ne pas faire usage de mes forces avec celui qui peut se faire redouter par les siennes ; mais par quel motif en amoindrirais-je les effets avec l'être que m'asservit la nature ? Me répondrez-vous : par pitié ? Ce sentiment n'est compatible qu'avec l'être qui me ressemble, et comme il est égoïste, son effet n'a lieu qu'aux conditions tacites que l'individu qui m'inspirera de la commisération en aura de même à mon égard : mais si je l'emporte constamment sur lui par ma supériorité, sa commisération me devenant inutile, je ne dois jamais, pour l'avoir, consentir à aucun sacrifice. Ne serais-je pas une dupe d'avoir pitié du poulet qu'on égorge pour mon dîner ? Cet individu trop au-dessous de moi, privé d'aucune relation avec moi, ne put jamais m'inspirer aucun sentiment. Or, les rapports de l'épouse avec le mari ne sont pas d'une conséquence différente que celle du poulet avec moi ; l'un et l'autre sont des bêtes de ménage dont il faut se servir, qu'il faut employer à l'usage indiqué par la nature, sans les différencier en quoi que ce puisse être. Mais, je le demande, si l'intention de la, nature était que votre sexe fût créé pour le bonheur du nôtre, et vice versa, aurait-elle fait, cette nature aveugle, tant d'inepties dans la construction de l'un et l'autre de ces sexes ? leur eût-elle mutuellement prêté des torts si graves, que l'éloignement et l'antipathie mutuelle en dussent infailliblement résulter ? Sans aller chercher plus loin des exemples, avec l'organisation que tu me connais, dis-moi, je te prie, Thérèse, quelle est la femme que je pourrais rendre heureuse, et réversiblement, quel homme pourra trouver douce la jouissance d'une femme, quand il ne sera pas pourvu des gigantesques proportions nécessaires à la contenter ? Seront-ce, à ton avis, les qualités morales qui le dédommageront des défauts physiques ? Et quel être raisonnable, en connaissant une femme à fond, ne s'écriera pas avec Euripide : Celui des dieux qui a mis la femme au monde, peut se vanter d'avoir produit la plus mauvaise de toutes les créatures, et la plus fâcheuse pour l'homme ? S'il est donc prouvé que les deux sexes ne se conviennent point du tout mutuellement, et qu'il n'est pas une plainte fondée, faite par l'un, qui ne convienne aussitôt à l'autre, il est donc faux, de ce moment-là, que la nature les ait créés pour leur réciproque bonheur. Elle peut leur avoir permis le désir de se rapprocher pour concourir au but de la propagation, mais nullement celui de se lier à dessein de trouver leur félicité l'un dans l'autre. Le plus faible n'ayant donc aucun titre à réclamer pour obtenir la pitié du plus fort, ne pouvant plus lui opposer qu'il peut trouver son bonheur en lui, n'a plus d'autre parti que la soumission ; et comme, malgré la difficulté de ce bonheur mutuel, il est dans les individus de l'un et de l'autre sexe de ne travailler qu'à se la procurer, le plus faible doit réunir sur lui, par cette soumission, la seule dose de félicité qu'il lui soit possible de recueillir, et le plus fort doit travailler à la sienne, par telle voie d'oppression qu'il lui plaira d'employer, puisqu'il est prouvé que le seul bonheur de la force est dans l'exercice des facultés du fort, c'est-à-dire dans la plus complète oppression. Ainsi, ce bonheur que les deux sexes ne peuvent trouver l'un avec l'autre, ils le trouveront, l'un par son obéissance aveugle, l'autre par la plus entière énergie de sa domination. Eh ! si ce n'était pas l'intention de la nature que l'un des sexes tyrannisât l'autre, ne les aurait-elle pas créés de force égale ? En rendant l'un inférieur à l'autre en tout point, n'a-t-elle pas suffisamment indiqué que sa volonté était que le plus fort usât des droits qu'elle lui donnait ? plus celui-ci étend son autorité, plus il rend malheureuse, au moyen de cela, la femme liée à son sort, et mieux il remplit les vues de la nature. Ce n'est pas sur les plaintes de l'être faible qu'il faut juger le procédé ; les jugements ainsi ne pourraient être que vicieux, puisque vous n'emprunteriez, en les faisant, que les idées du faible : il faut juger l'action sur la puissance du fort, sur l'étendue qu'il a donnée à sa puissance, et quand les effets de cette force se sont répandus sur une femme, examiner alors ce qu'est une femme, la manière dont ce sexe méprisable a été vu, soit dans l'antiquité, soit de nos jours, par les trois quarts des peuples de la terre.
Or, que vois-je en procédant de sang-froid à cet examen ? Une créature chétive, toujours inférieure à l'homme, infiniment moins belle que lui, moins ingénieuse, moins sage, constituée d'une manière dégoûtante, entièrement opposée à ce qui peut plaire à l'homme, à ce qui doit le délecter..., un être malsain les trois quarts de sa vie, hors d'état de satisfaire son époux tout le temps où la nature le contraint à l'enfantement, d'une humeur aigre, acariâtre, impérieuse ; tyran, si on lui laisse des droits, bas et rampant si on le captive ; mais toujours faux, toujours méchant, toujours dangereux ; une créature si perverse enfin, qu'il fut très sérieusement agité dans le concile de Mâcon, pendant plusieurs séances, si cet individu bizarre, aussi distinct de l'homme que l'est de l'homme le singe des bois, pouvait prétendre au titre de créature humaine, et si l'or. pouvait raisonnablement le lui accorder. Mais ceci serait-il une erreur du siècle, et la femme est-elle mieux vue chez ceux qui précédèrent ? Les Perses, les Mèdes, les Babyloniens, les Grecs, les Romains honoraient-ils ce sexe odieux dont nous osons aujourd'hui faire notre idole ? Hélas ! je le vois opprimé partout, partout rigoureusement éloigné des affaires, partout méprisé, avili, enfermé ; les femmes, en un mot, partout traitées comme des bêtes dont on se sert à l'instant du besoin, et qu'on recèle aussitôt dans le bercail. M'arrêté-je un moment à Rome, j'entends Caton le gage me crier du sein de l'ancienne capitale du monde : Si les hommes étaient sans femmes, ils converseraient encore avec les dieux. J'entends un censeur romain commencer sa harangue par ces mots : Messieurs, s'il nous était possible de vivre sans femme, nous connaîtrions dès lors le vrai bonheur. J'entends les poètes chanter sur les théâtres de la Grèce : Ô Jupiter ! quelle raison put t'obliger de créer les femmes ? Ne pouvais-tu donner l'être aux humains par des voies meilleures et plus sages, par des moyens, en un mot, qui nous eussent évité le fléau des femmes ? Je vois ces mêmes peuples, les Grecs, tenir ce sexe dans un tel mépris qu'il faut des lois pour obliger un Spartiate à la propagation, et qu'une des peines de ces sacs républiques est de contraindre un malfaiteur a s'habiller en femme, c'est-à-dire à se revêtir comme l'être le plus vil et le plus méprisé qu'elles connaissent.
Mais sans aller chercher des exemples dans des siècles si loin de nous, de quel œil ce malheureux sexe est-il vu même encore sur la surface du globe ? comment y est-il traité ? Je le vois, enfermé dans toute l'Asie, y servir en esclave aux caprices barbares d'un despote qui le moleste, qui le tourmente, et qui se fait un jeu de ses douleurs. En Amérique, je vois des peuples naturellement humains, les Esquimaux, pratiquer entre hommes tous les actes possibles de bienfaisance, et traiter les femmes avec toute la dureté imaginable ; je les vois humiliées, prostituées aux étrangers chus une partie de l'univers, servir de monnaie dans une autre. En Afrique, bien plus avilies sans doute, je les vois exerçant le métier de bêtes de somme, labourer la terre, l'ensemencer et ne servir leurs maris qu'à genoux. Suivrai-je le capitaine Cook dans ses nouvelles découvertes ? L'île charmante d'Otaïti, où la grossesse est un crime qui vaut quelquefois la mort à la mère, et presque toujours à l'enfant, m'offrira-t-elle des femmes plus heureuses ? Dans d'autres îles découvertes par ce même marin, je les vois battues, vexées par leurs propres enfants, et le mari lui-même se joindre à sa famille pour les tourmenter avec plus de rigueur.
Oh, Thérèse ! ne t'étonne point de tout cela, ne te surprends pas davantage du droit général qu'eurent, de tous les temps, les époux sur leurs femmes : plus les peuples sont rapprochés de la nature, mieux ils en suivent les lois ; la femme ne peut avoir avec son mari d'autres rapports que celui de l'esclave avec son maître ; elle n'a décidément. aucun droit pour prétendre à des titres plus chers. Il ne faut pas confondre avec des droits, de ridicules abus qui, dégradant notre sexe, élevèrent un instant le vôtre : il faut rechercher la cause de ces abus, la dire, et n'en revenir que plus constamment après aux sages conseils de la raison. Or la voici. Thérèse, cette cause du respect momentané qu'obtint autrefois votre sexe, et qui abuse encore aujourd'hui, sans qu'ils s'en doutent, ceux qui prolongent ce respect.
Dans les Gaules jadis, c'est-à-dire dans cette seule partie du monde qui ne traitait pas totalement les femmes en esclaves, elles étaient dans l'usage de prophétiser, de dire la bonne aventure : le peuple s'imagina qu'elles ne réussissaient à ce métier qu'en raison du commerce intime qu'elles avaient sans doute avec les dieux ; de là elles furent, pour ainsi dire, associées au sacerdoce, et jouirent d'une partie de la considération attachée aux prêtres. La Chevalerie s'établit en France sur ces préjugés, et les trouvant favorables à son esprit, elle les adopta ; mais il en fut de cela comme de tout : les causes s'éteignirent et les effets se conservèrent ; la Chevalerie disparut, et les préjugés qu'elle avait nourris s'accrurent. Cet ancien respect accordé à des titres chimériques ne put pas même s'anéantir, quand se dissipa ce qui fondait ces titres : on ne respecta plus des sorcières, mais on vénéra des catins, et ce qu'il y eut de pis, on continua de s'égorger pour elles. Que de telles platitudes cessent d'influer sur l'esprit des philosophes, et, remettant les femmes à leur véritable place, qu'ils ne voient en elles, ainsi que l'indique la nature, ainsi que l'admettent les peuples les plus sages, que des individus créés pour leurs plaisirs, soumis à leurs caprices, dont la faiblesse et la méchanceté ne doivent mériter d'eux que des mépris.
Mais non seulement, Thérèse, tous les peuples de la terre jouirent des droits les plus étendus sur leurs femmes, il s'en trouva même qui les condamnaient à la mort dès qu'elles venaient au monde, ne conservant absolument que le petit nombre nécessaire à la reproduction de l'espèce. Les Arabes, connus sous le nom de Koreihs, enterraient leurs filles dès l'âge de sept ans, sur une montagne auprès de La Mecque, parce qu'un sexe aussi vil leur paraissait, disaient-ils, indigne de voir le jour. Dans le sérail du roi d'Achem, pour le seul soupçon d'infidélité, pour la plus légère désobéissance dans le service des voluptés du prince, ou sitôt qu'elles inspirent le dégoût, les plus affreux supplices leur servent. à l'instant de punition. Aux bords du Gange, elles sont obligées de s'immoler elles-mêmes sur les cendres de leurs époux, comme inutiles au monde, dès que leurs maîtres n'en peuvent plus jouir. Ailleurs on les chasse comme des bêtes fauves, c'est un honneur que d'en tuer beaucoup ; en Égypte, on les immole aux dieux ; à Formose, on les foule aux pieds si elles deviennent enceintes. Les lois germaines ne condamnaient qu'à dix écus d'amende celui qui tuait une femme étrangère, rien si c'était la sienne, ou une courtisane. Partout, en un mot, je le répète, partout je vois les femmes humiliées, molestées, partout sacrifiées à la superstition des prêtres, à la barbarie des époux ou aux caprices des libertins. Et parce que j'ai le malheur de vivre chez un peuple encore assez grossier pour n'oser abolir le plus ridicule des préjugés, je me priverais des droits que la nature m'accorde sur ce sexe ! je renoncerais à tous les plaisirs qui naissent de ces droits !... Non, non, Thérèse, cela n'est pas juste : je voilerai ma conduite, puisqu'il le faut, mais je me dédommagerai en silence, dans la retraite où je m'exile, des chaînes absurdes où la législation me condamne, et là, je traiterai ma femme comme j'en trouve le droit dans tous les codes de l'univers, dans mon cœur et dans la nature.
- Oh ! monsieur, lui dis-je, votre conversion est impossible.
- Aussi ne te conseillé-je pas de l'entreprendre, Thérèse, me répondit Gernande : l'arbre est trop vieux pour être plié ; on peut faire à mon âge quelques pas de plus dans la carrière du mal, mais pas un seul dans celle du bien. Mes principes et mes goûts firent mon bonheur depuis mon enfance, ils furent toujours l'unique base de ma conduite et de mes actions : peut-être irai-je plus loin, je sens que c'est possible, mais pour revenir, non ; j'ai trop d'horreur pour les préjugés des hommes, je hais trop sincèrement leur civilisation, leurs vertus et leurs dieux, pour y jamais sacrifier mes penchants."



Voilà c'est le genre de grand monologue philosophique que je kiffe chez Sade, mais si, dans ce cas là, je suis pas vraiment d'accord avec lui. Et j'aime beaucoup le style littéraire.


Mar 8 Fév 2011 03:07
Profil
Doigt parti
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer 25 Mar 2009 13:47
Messages: 3515
Localisation: Cible verrouillée.
Whitelist: 2 (100%)
Youtube: http://www.youtube.com/user/leftfingerFPSB
Message Re: Le dernier livre que vous avez lu
Aujourd'hui j'ai vu une inscription disant que Le marquis de Sade a vécu dans ma ville à une époque. Je suis choqué de ne jamais avoir vu cette plaque qui est fichtrement mal placée :o

_________________
Leftfinger Session 3 !

Citation:
Kinger dit: Les gars.
Kinger dit: Ma mère achete pas de pain
Nicolas aka Yam dit: CHANGEMENT DE PLAN
Nicolas aka Yam dit: ON VA PAS CHEZ KINGER
Nix => Aloïs dit: Déjà qu'il y a une connexion de fichtre et des moustiques.
Kinger dit: J'ai une tribu de fourmis, pince oreilles, mouche moucherons, smile, blatte, asticot


Image


Mar 8 Fév 2011 17:22
Profil
Pen Spinner
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Lun 7 Fév 2011 17:59
Messages: 35
Whitelist: 0 (0%)
Message Re: Le dernier livre que vous avez lu
moi je lit plutot les mangas :P certain trouve que se ne sont pas vraiment des lecture mais moi sa me plait ( enfer&paradis , ikigami ... )


Mar 8 Fév 2011 20:56
Profil
Pen Spinner
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Lun 11 Jan 2010 21:25
Messages: 2503
Localisation: elliL
Whitelist: 12 (100%)
Youtube: http://www.youtube.com/user/Yaemgo
Message Re: Le dernier livre que vous avez lu
Mauvais topic.
Manga =/= lecture.
Mais j'adore les mangas.

_________________
And I was like, "Was ist das ?"
Image

Lanfear a écrit:
Et là je retrouve Yam en train d'embrasser Sheepside


Mar 8 Fév 2011 21:07
Profil Site Internet
Doigt parti
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer 25 Mar 2009 13:47
Messages: 3515
Localisation: Cible verrouillée.
Whitelist: 2 (100%)
Youtube: http://www.youtube.com/user/leftfingerFPSB
Message Re: Le dernier livre que vous avez lu
S'il-vous-plait ne dissertons pas sur le fait qu'un manga soit une lecture ou pas (J'anticipe)

_________________
Leftfinger Session 3 !

Citation:
Kinger dit: Les gars.
Kinger dit: Ma mère achete pas de pain
Nicolas aka Yam dit: CHANGEMENT DE PLAN
Nicolas aka Yam dit: ON VA PAS CHEZ KINGER
Nix => Aloïs dit: Déjà qu'il y a une connexion de fichtre et des moustiques.
Kinger dit: J'ai une tribu de fourmis, pince oreilles, mouche moucherons, smile, blatte, asticot


Image


Mar 8 Fév 2011 21:43
Profil
Pen Spinner
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Lun 7 Fév 2011 17:59
Messages: 35
Whitelist: 0 (0%)
Message Re: Le dernier livre que vous avez lu
ooki évitons les débat tu as raison :wink:


Mar 8 Fév 2011 21:47
Profil
Pen Spinner
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Sam 31 Oct 2009 19:51
Messages: 296
Whitelist: 3 (100%)
Youtube: http://www.youtube.com/user/newknot
Message Re: Le dernier livre que vous avez lu
J'ai lu L'Orange Mécanique hier soir. Je maintiens que ce livre est beaucoup mieux que le film en raison de plus de scène d'ultra-violence, l'age d'Alex et ses drougs autours de 13 ans et une fin qui, selon mon avis, et beaucoup mieux que dans le film.
Mais Burgess quoi ! On dira c'qu'on veut mais ce maltchik a créé une "langue" rien que pour le livre : le parler Nadsat.
Je conseil le livre et seulement après le film mais faites ce que vous voulez.
EDIT : L'image de la nouvelle édition est très moche. La 1ère édition et à l'inverse superbe !

_________________
Image


Dernière édition par Knot le Jeu 10 Fév 2011 12:04, édité 2 fois.



Jeu 10 Fév 2011 07:54
Profil
pr0n Addict
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Ven 10 Oct 2008 19:09
Messages: 2687
Localisation: 66 RPZ
Whitelist: 33 (97%)
Youtube: http://www.youtube.com/user/DomTomdu66
Message Re: Le dernier livre que vous avez lu
Wa, j'savais pas que c'était tiré d'un livre. J'vais tenter d'le toper.

_________________
Image Image
eban, raimo, Smile, -Six-, dOmToM > All. Deuxième du tournoi FPSB 2010. :pirat:
SkyDrive
Image


Jeu 10 Fév 2011 11:45
Profil
Pen Spinner
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Lun 7 Fév 2011 17:59
Messages: 35
Whitelist: 0 (0%)
Message Re: Le dernier livre que vous avez lu
moi en ce moment pour moi c'est les chevaliers d'émeraude qui sont vraiment de très bon livres


Jeu 10 Fév 2011 18:00
Profil
bûcheron
Avatar de l’utilisateur

Inscription: Mer 31 Mar 2010 19:29
Messages: 2011
Localisation: Rouen city beach.
Whitelist: 154 (100%)
Youtube: http://www.youtube.com/user/Xoledas
Message Re: Le dernier livre que vous avez lu
terminer il y a 20min : le vicomte pourfendu :biggrin: livre formidouble

_________________
Image
Image
solo/mot-solo-video-t13049.html <Force violet gras>


Jeu 10 Fév 2011 22:33
Profil
Afficher les messages postés depuis:  Trier par  
Ce sujet est verrouillé, vous ne pouvez pas éditer de messages ou poster d’autres réponses.   [ 73 messages ]  Aller à la page Précédente  1, 2, 3, 4, 5

Qui est en ligne

Utilisateurs parcourant ce forum: Aucun utilisateur enregistré et 1 invité


Vous ne pouvez pas poster de nouveaux sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas éditer vos messages
Vous ne pouvez pas supprimer vos messages

Rechercher:
Aller à:  

Shoutbox

© Breizh Shoutbox v1.3.0

You must enable Javascript to view the Shoutbox.

You must enable Javascript to view the Shoutbox.

cron
Powered by phpBB © 2000, 2002, 2005, 2007 phpBB Group.
Designed by ST Software for PTF.
Traduction par: phpBB-fr.com
phpBB SEO
[ Time : 0.108s | 31 Queries | GZIP : On ]
Contact